Les causes de la maladie

L’objectif de la naturopathie est de comprendre le fonctionnement de l’organisme et les véritables causes de la maladie. Une fois ces causes déterminées, le naturopathe pourra intervenir afin de rééquilibrer le terrain et rétablir l’état de santé.
Du point de vue de la naturopathie, on ne tombe pas malade, on le devient. La maladie n’est qu’une expression du corps humain pour évacuer un trop plein de déchets. Voyons ensemble les 4 causes de la maladie telles que définies par la naturopathie.

1 – L’encrassement du terrain

Un des piliers de la naturopathie est l’humorisme, c’est-à-dire la science des humeurs. On entend par humeurs les liquides composant notre corps (liquide intracellulaire, liquide extracellulaire, lymphe et sang) et que l’on nomme aussi le terrain en naturopathie. Cette approche est fondamentale pour le naturopathe dès lors que l’on sait que le corps est composé de 70% d’eau.

Tous les organes du corps relèvent de l’activité des humeurs, donc des liquides.

Le support hydrique permet de véhiculer toutes les molécules, il est donc impératif de maintenir une bonne homéostasie (équilibre des constantes biologiques dans les différents liquides) et pour ce faire d’agir de façon générale sur l’organisme. Si nous avons de bonnes humeurs, nous ne tombons pas malade.

Des expériences ont montré que dans une culture cellulaire donnée, on pouvait par modification du milieu nutritif, faire apparaître successivement tous les microbes connus (voir « la solution intérieure » de Thierry Jansen). Cela va à l’encontre de la théorie des germes de Louis Pasteur selon laquelle il faudrait lutter contre les bactéries et les éliminer pour ne plus être malade. Hors la prolifération des bactéries n’est que la conséquence d’un terrain encrassé. D’ailleurs Louis Pasteur aurait avoué que le médecin et chimiste Antoine Béchamp avait raison et que « le microbe n’est rien, le terrain est tout ».

Le microbe n’est rien, le terrain est tout – Antoine Béchamp.

Pour revenir à nos liquides, on croit toujours que le sang est le plus important d’entre eux. Certes il a un rôle essentiel de transport de l’oxygène et des nutriments vers les cellules, du système de défense et de transport des déchets (CO2 et résidus de l’activité cellulaire et du métabolisme) vers les émonctoires. Cependant ce n’est pas le liquide le plus important en termes de quantité. Les liquides représentent entre 70% et 60 % du poids corporel.

Ils comprennent :

  • Le liquide intracellulaire représente les 2/3 des liquides. Il est composé de tous les liquides à l’intérieur de la cellule.
  • Le liquide extracellulaire, qui représente le 1/3 restant, est composé de 20% de plasma (partie liquide du sang) et de 80% de liquide interstitiel (entre les cellules). Font également partie du liquide extracellulaire interstitiel : la lymphe, le liquide céphalo-rachidien, le liquide synovial (dans les articulations), les liquides de l’œil (humeur aqueuse et corps vitré), le liquide de l’oreille, et des séreuses, le filtrat glomérulaire dans les reins…

Ainsi pour une personne de 70kg, les liquides représentent environ 40 kg du poids de corps, soit environ :

  • 26 litres de liquide intra cellulaire,
  • 3 litres de plasma
  • 11 litres de liquides interstitiel.

Cela remet un peu en perspective le rôle des liquides et surtout de l’intérêt d’y prendre soin et de s’intéresser un peu plus au liquide interstitiel qui se trouve schématiquement entre les cellules et le sang.

Car autant le sang a sa pompe, le cœur, pour le faire circuler dans le corps et apporter des substances nutritives aux cellules et se débarrasser de leurs déchets, autant le liquide extracellulaire, dans lequel baignent toutes nos cellules, doit pénétrer dans les vaisseaux lymphatiques et ensuite être propulser, principalement, par la contraction des muscles squelettiques et la respiration (pression abdominale/thoracique).

Le liquide extracellulaire, appelé lymphe, est le système d’évacuation qui draine les liquides excédentaires, les protéines plasmatique qui s’échappent de la circulation sanguine, les toxines et les déchets cellulaires. Des ganglions situés le long les vaisseaux lymphatiques, en particulier aux plis de l’aine, sous les aisselles et de chaque côté du cou, permettent de filtrer la lymphe et d’éliminer les toxines et les débris qu’elle transporte pour ensuite rejoindre la circulation sanguine par les veines sous-clavière du cou. Lorsque la circulation de la lymphe est déficiente, les déchets stagnent et nos cellules baignent dans un liquide impropre à leur bon fonctionnement et le corps peut finir par s’affaiblir et s’intoxiquer, ce qui risque d’entraîner divers problèmes de santé : enflure des membres, vieillissement prématuré, cellulite, jambes lourdes, vergetures, et surtout apparition et développement de mauvaises bactéries. En fait le corps humain recherche toujours la vie et pour cela cherche toujours à éliminer les déchets.

Les déchets sont d’origines:

  • Endogène : le corps crée ses propres résidus issus de son fonctionnement
    (résidus de l’activité cellulaire et du métabolisme).
  • Exogène :
    Substances toxiques issues de la fermentation des aliments (mauvaise digestion).
    Molécules chimiques de synthèse non prévues pour le fonctionnement du corps : pesticides, colorants, médicaments.

Les déchets endogènes et exogènes doivent être éliminés et le corps humain se sert des émonctoires (foie, intestin, poumons, reins et peau) pour éviter qu’ils envahissent les liquides et les tissus du corps. Mais malheureusement, si on ne prend garde à son alimentation, à la manière de manger (mastication insuffisante, mauvaise association, stress …), si on est sédentaire et si on vit dans un environnement pollué et stressant, le corps peut se retrouver déborder et les émonctoires ne permettent plus l’élimination des déchets qui finissent par envahir le corps. On va en trouver par exemple dans les poumons et des bactéries vont y trouver un terrain favorable pour se développer et créer ainsi la maladie. Idem pour la peau, le foie/intestin et les reins. On aura ainsi les maladies comme les otites, angines, infections de la peau (panaris, abcès…), diarrhées, infections urinaires et génitales …

Rappelez-vous : Le terrain est tout, le microbe n’est rien !

Le système lymphatique est des plus méconnus mais sans doute des plus utiles et la clef de la santé.

Les différentes fonctions du système lymphatique sont :

  • Le drainage de l’excédent de liquide interstitiel et des déchets
  • Le retour au sang des protéines échappées des capillaires sanguins
  • Le transport des graisses alimentaires y compris des vitamines liposolubles (ADEK)
  • La protection de l’organisme contre les microbes et les corps étrangers

L’encrassement apparaît dès lors que :

  • l’apport alimentaire est supérieur au besoin du corps (l’excédent est rejeté)
  • les aliments ne sont pas adaptés aux besoins (aliments cuits, anti-spécifiques)
  • les substances sont toxiques (café, thé, alcool, molécules de synthèse…)
  • les aliments ont perdu leurs qualités nutritives et sont devenus des substances toxiques (mélanges alimentaires incompatibles)

Cet encrassement va acidifier l’organisme. Pour contrer cette acidité, le corps va faire appel aux systèmes tampon en utilisant les minéraux disponibles dans l’organisme. Si l’alimentation n’en apporte pas suffisamment alors les minéraux seront puisés dans les réserves du corps que sont les os avec pour conséquence une carence en vitamines et minéraux et potentiellement de l’ostéoporose.

Une image simple pour vous faire comprendre : est-ce le moustique qui engendre le marécage ou l’inverse ? Il ne peut y avoir de moustiques sans marécage. Le rôle du naturopathe est d’assécher et de drainer le marécage (le terrain) afin qu’il n’y ait pas de bactéries qui y trouve un terrain propice à leur prolifération.

Il convient donc de prendre soin de son terrain, comme vous pouvez prendre soin de la terre de votre jardin pour y faire pousser vos légumes ou vos fleurs. Pour cela il faut revenir à une alimentation bio et en adéquation avec nos besoins vitaux et pratiquer une activité physique régulière.

2 – La baisse de vitalité

Le corps humain est maintenu en vie par un flux énergétique appelé énergie vitale en occident (qi ou chi en Asie, Prâna en Inde …). C’est la philosophie de la naturopathie, appelé le vitalisme, qui conçoit l’énergie vitale comme une intelligence biologique immatérielle indispensable à la vie, à l’homéostasie (Capacité d’un organisme à maintenir son équilibre physiologique interne malgré les contraintes extérieures) et à la guérison.

La vie donne la forme à la matière :

  • Matière + Vie = Végétal
  • Matière + Vie + Mental = Animal
  • Matière + Vie + Mental + Spirituel = Etre Humain

Les 4 corps réunis constituent l’être humain.

La force vitale s’inscrit dans le système nerveux  et les glandes endocrines sous la forme d’influx électriques et d’hormones. Les systèmes nerveux et glandulaire jouent le rôle d’accumulateurs qui redistribuent l’énergie vitale aux différents organes sous une forme physique ou chimique.

La santé est le rapport entre la force vitale (système nerveux et glandes endocrines) et les surcharges organiques (encrassement du terrain). Si la vitalité diminue et que le terrain s’encrasse par accumulation de déchets, la santé diminue.

De plus, tous les sujets sont en manque de vitalité dès lors qu’ils se retrouvent coupés du milieu vital (pleine nature, mer, montagne, forêt) et avec un temps de sommeil insuffisant.

3 – La surexcitation psychique

Les perturbations du mental entraînent des perturbations organiques. Le stress psychologique est consommateur d’énergie en le détournant sur le mental au détriment de la physiologie.
Des idées négatives ou noires plongent l’esprit dans une spirale négative et créées la peur, ce qui va engendrer ensuite de la colère et si elle n’est pas suffisamment exprimée à l’extérieur, va s’inscrire à l’intérieure du corps physique.
Les émotions perturbent le fonctionnement des organes et les vident plus ou moins de leur énergie.  Selon la théorie des 5 éléments issus de la médecine chinoise, il existe un lien entre les émotions et les viscères comme indiqué dans le tableau ci-dessous :

Emotions Organes
Colère exprimée ou non, haine, injustice Foie – Vésicule biliaire
Joie intense, excessive ou absence de joie Cœur
Désadaptation / excès de réflexion Rate
Tristesse, chagrin, mélancolie, dépression Poumon
Peur, inquiétude, angoisse, anxiété Rein

La théorie des 5 sens/éléments est bien plus complexe car il y a également une interaction entre chaque organe. Mais l’idée est ici de comprendre en quoi finalement nos émotions ont un impact sur notre corps physique et l’énergie de nos organes.

Le Dr Hamer (1935-2017) a élaboré, après avoir enquêté auprès de patients cancéreux, la loi d’airain du cancer qui part du principe qu’un choc émotionnel brutal (ou un conflit interne) est à l’origine des cancers. Il élaborera même une théorie générale qu’il présente comme une médecine nouvelle en généralisant l’origine psychique à toutes les maladies. Il est intéressant de noter que tout au long de sa carrière, il s’est heurté à des menaces et à des condamnations alors que de nombreux médecins ont vérifié ses travaux et ses résultats.

Aujourd’hui, il existe pléthore d’études officielles liant stress et problèmes de santé.  Les effets délétères du stress chronique ont un lien direct sur le système immunitaire et donc sur la santé. Et il est bon également de rappeler que le stress :

  • Augmente les comportements à risque pour la santé tel que le tabagisme, l’alcool
  • Augmente le risque cardiovasculaire
  • Augmente le risque de surpoids et d’obésité
  • Est un facteur de vieillissement prématuré …

Yvane Wiart, psycho-oncologue de l’université Paris-Descartes et auteure de « Stress et cancer, quand notre attachement nous joue des tours », a synthétisé de nombreuses études scientifiques pour établir de manière indiscutable le lien entre le stress et le cancer.

Pour le Dr Julien Drouin, médecin généraliste formé à l’EFT (technique de libération émotionnelle), l’émotion réprimée est la cause première du cancer.  Que ce soit la colère ou autre. Et sous la colère, il y a souvent des peurs, peur de l’abandon, peur du rejet… Tout vient de la peur. Traiter le cancer par chimiothérapie ou radiothérapie est un non-sens biologique si l’on comprend que le cancer n’est seulement que des cellules qui mutent et se multiplient parce qu’elles sont déjà agressées et intoxiquées et qui redeviennent normales lorsque l’environnement (le terrain et les émotions) redevient sain.

Tous ces médecins et plein d’autre encore, ont montré combien le stress était un facteur important dans l’apparition de maladies. Et c’est pour cela que la naturopathie s’évertue à prendre en compte l’aspect émotionnel dans son approche globale de la santé.

4 – Les pollutions

Selon le site de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) :
La pollution de l’air représente un risque environnemental majeur pour la santé ayant pour conséquences des accidents vasculaires cérébraux, cardiopathies, cancer du poumon et affections respiratoires, chroniques ou aiguës, y compris l’asthme.

En 2016, 91% de la population mondiale vivaient dans des endroits où les lignes directrices de l’OMS relatives à la qualité de l’air n’étaient pas respectées. Le nombre de décès prématurés provoqués dans le monde par la pollution ambiante (de l’air extérieur) dans les zones urbaines, périurbaines et rurales est estimé à 4,2 millions.

Dans le monde, 2 milliards de personnes utilisent des points d’eau contaminés par des matières fécales. L’eau contaminée peut transmettre de nombreuses bactéries et provoquer des maladies comme la diarrhée, la dysenterie, le choléra, la typhoïde et la poliomyélite. On estime que l’eau de boisson contaminée est à l’origine chaque année de plus de 502 000 décès par diarrhée.

Les émissions de polluants sont issues des transports, du chauffage domestique, des feux de forêts, des éruptions volcaniques, de l’agriculture (épandage) et des activités industrielles. Tous ces polluants sont transformés dans l’atmosphère sous l’effet des rayons UV puis dispersés ou accumulés par les phénomènes météorologiques (vent, pluies) pour se concentrer sur les grandes agglomérations.
Ci-dessous une carte de la France issue du dernier rapport publié mardi 27 septembre 2018 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)

Les villes les plus polluées
En jaune, les zones les plus polluées

Contrairement à toutes ces idées répandues dans l’inconscient collectif, Paris n’est pas la ville la plus polluée de France, tout comme les villes à la montagne ne sont pas forcément les plus saines pour la qualité de l’air (notamment les Alpes) ! En effet, les villes les moins polluées en 2014 sont, dans l’ordre, Limoges, Perpignan et Metz. A l’inverse, les villes les plus polluées sont Marseille, Cannes et Toulon.

Toutes ces sources de pollutions provoquent des lésions organiques mais atteignent aussi le patrimoine génétique, affaiblissant ainsi le potentiel vital. D’où l’importance de bien choisir son lieu d’habitation. Et si cela n’est pas possible, passez du temps en forêt, en bord de mer,  à la montagne (sauf les Alpes ?!), car malheureusement notre empreinte est minime comparée aux activités industrielles et agroalimentaires.

Conclusion

La maladie est la conséquence d’une réaction spontanée de l’organisme (système neuro-glandulaire) qui déplace nos métabolites (déchets) vers les organes spécialisés pour les éliminer afin de nettoyer notre corps et améliorer l’état de nos liquides afin de revenir à la santé. L’origine est plus à rechercher dans une cause interne (l’état de nos liquides) que dans une cause externe (virus, microbe attrapé). Toutefois, agresseur et cause interne ne sont pas systématiquement antinomiques :

  • les déchets métaboliques sont dirigés spontanément vers les émonctoires (foie, intestin, peau, poumons, reins) avec de fortes éliminations
  • sur ces rejets métaboliques s’installent la plupart du temps des germes infectieux que l’allopathie considère comme l’origine de la maladie ; ils n’en sont que les substrats, les bases qui permettent leur développement.

La maladie n’est ainsi  pas une fatalité qui nous tombe sur la tête : je le redis, on ne tombe pas malade, on le devient parce que nous fournissons nous-mêmes au corps tous les ingrédients de son intoxication (alimentation industrielle non saine, pollutions, stress et mauvaise gestion des émotions, vie coupée de la nature).

Le mal-a-dit : le corps manifeste nos erreurs de vie au travers les maladies à chaque fois que nous ne faisons plus de l’hygiène de vie et que nous avons des comportements anti-physiologique (contre le bon fonctionnement du corps humain).

En conséquence, revenons à une alimentation bio, saine et locale en adéquation avec nos dépenses physiques, prenons soin de notre environnement et reconnectons-nous à la nature et à chaque moment de nos journées, soyons conscients de nos états d’âme, de nos émotions. Gérons nos émotions, cela veut dire les exprimer, ne pas se dévaloriser, s’aimer, se faire du bien et parfois se faire passer en premier, rechercher la paix intérieure par la méditation, connaitre ses limites et s’écarter des gens toxiques. Tous ces facteurs  sont déterminants quant à l’augmentation ou la diminution de notre énergie vitale.

Ayons toujours à l’esprit que les émotions négatives, les conflits, les tensions intérieures, les peurs bloquent ou annihilent cette énergie de vie nécessaire au bon fonctionnement de nos organes et donc de notre corps physique mais aussi de nos corps émotionnel et spirituel.

Allons le plus possible vers des états d’esprit toujours positifs, joyeux, remplis d’amour et plein d’humour pour vibrer dans des fréquences bienfaisantes pour nous et ceux qui nous entourent. Etre en accord avec soi, relié à notre véritable identité et débarrassé de toutes les illusions de l’égo permet de nous relier à la création collective de toutes les consciences qui y participent, ce qui nous remplit d’une énergie de vie et nous portent vers le bonheur et l’amour.
Le bonheur est semé d’embuches et d’épreuves mais il nous est acquis en tant que chemin et non en tant que destination.
Alors choisissez le chemin de la santé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s